chèque cadeau vin

Détendez vous : pensez au vin…

Les scientifiques prétendent que le fait de penser à un verre de vin pourrait suffire grâce au pouvoir de la pensée positive à aider à se détendre.

Les gens sont persuadés que le simple fait de boire une boisson alcoolisée peut aider à qu’ils se sentent mieux ou qu’ils participent et s’amusent davantage lors d’une fête.

Ceci en raison du phénomène de « l’espérance de réponse » ou la façon dont nous pensons que nous allons nous comporter selon les situations.

Les psychologues expliquent que comme nous pensons que l’alcool va nous aider à être plus calmes et relaxés, de façon instinctive, nous sommes plus communicatifs et disponibles dans une tentative inconsciente d’une réponse à nos désirs.

Bien que la majorité des gens, donne un effet plutôt négatif à l’alcool, certaines études suggèrent que nos attentes sur la façon dont la boisson nous fera se sentir jouent également un rôle important.

Écrivant sur les orientations actuelles dans la revue Psychological Science, des chercheurs de l’Université de Victoria en Nouvelle-Zélande ont révélé : « les effets de la suggestion sont plus étendus et souvent plus surprenants que ce que de nombreuses personnes pourraient penser. »

Les gens boivent pour lutter contre ce sentiment de verre à moitié vide

Diverses autres études ont montré que le pouvoir de suggestion peut aider les gens à mieux réussir aux examens et même influencer la façon dont ils réagissent aux traitements médicamenteux, phénomène connu sous le nom «d’effet placebo».

Dorénavant, certaines études démontrent que ceci s’étend également à notre propre comportement, et que nous modifions notre façon d’agir et de se sentir selon nos attentes.

Dans une étude évoquée par les auteurs, les personnes ayant pris un faux médicament censé les faire se sentir plus vigilants ont commencé à être plus attentifs lors d’un test de contrôle parce qu’ils s’attendaient à ce que ce médicament leur apporte cette vigilance.

Questionné pour savoir comment ils se sentaient après avoir pris le médicament, les patients ont dit qu’ils se sentaient plus vigilants et plus concentrés rendant compte ainsi des effets qu’ils attendaient de ce médicament.

Les chercheurs ont écrit : «Si je bois ce gin tonic, je serai plus sociable ; Si je prends ce médicament, je serai moins déprimé » ce ne sont que quelques exemples de l’espérance de réponse.

Quand nous souhaitons un effet particulier, nous mettons machinalement en route une suite de cognitions et de comportements afin d’obtenir ce résultat et l’attribuons à tort à sa cause.

Leave a Comment.

Aucun commentaire pour l'instant

Aucun trackback pour l'instant