chèque cadeau vin

Miss Glouglou : le web et le vin au féminin

Lors du dernier Vinocamp à Beaune, j’ai croisé la route d’Ophélie Neiman plus connue sous le nom de Miss Glouglou.
Une Miss incontournable dans le monde du vin sur le web que j’ai décidé de vous présenter sous forme d’interview.

Bonjour Ophélie, j’ai eu la chance de te croiser au Vinocamp à Beaune fin octobre, j’ai donc cru comprendre que tu étais très active sur le web, peux tu te présenter ? (d’où viens tu, qu’as tu fait et surtout que fais tu aujourd’hui).
Je peux essayer : je m’appelle Ophélie, alias Miss GlouGlou pour le vin. Je suis journaliste et je travaille surtout sur le web.
Après 3 ans à France3, je me suis orientée vers le web en collaborant pendant 2 ans avec le site Rue89 (dont j’ai participé à la création) puis en étant responsable multimédia de plusieurs sites internet. J’aime surtout faire des reportages multimédia, c’est-à-dire créer des articles qui associent du texte à de la vidéo ou d’autres podcasts.
Aujourd’hui, je suis freelance car c’est plus facile ainsi de gérer plusieurs activités différentes : je suis pigiste, j’enseigne le journalisme multimédia dans une école de journalisme et je tiens mon blog sur le site du monde.Fr.

miss glouglouPeux tu nous en dire un peu plus sur ton blog ? Et pourquoi Miss Glouglou ?
J’ai voulu créer ce blog car j’avais très envie d’écrire sur le vin mais j’avais aussi le sentiment d’être débutante par rapport aux journalistes spécialisés. Ce blog était le moyen idéal pour faire mes armes : apprendre, raconter, échanger, découvrir.
Miss GlouGlou, c’est parce que je ne voulais surtout pas écrire des choses sérieuses. Il y a déjà tant de gens qui le font, et si bien. En revanche, pour les petits jeunes qui ne connaissent pas grand-chose au vin mais qui aimeraient en savoir un peu plus sans se prendre la tête, il n’y a pas tant que ça à lire. Le vin reste un milieu très sérieux. C’est dommage car il en devient élitiste et excluant. Miss GlouGlou, c’était pour lutter contre cette dérive. Pour écrire ce que j’aurais aimé lire quand j’avais 20 ans.

Sachant que tu utilises beaucoup la vidéo sur ton blog, quels conseils pourrais-tu donner aux blogueurs souhaitant faire de la vidéo ? (matériel, logiciel de montage, durée des vidéos, thèmes abordées…). Donnes-tu des cours ?
Inutile de s’équiper avec du gros matériel. Aujourd’hui, on fait de très bons caméscopes ; l’essentiel est qu’ils soient équipés d’une prise micro, et si possible d’une prise casque pour entendre la prise de son. Un micro et un pied pour la stabilité et c’est parti.
Pour les logiciels, Adobe Premiere Elements ou Final Cut Express, par exemple, permettent de travailler simplement et de faire des montages plus élaborés que sous Windows Movie Maker ou iMovie. On trouve des tutoriels vidéo facilement sur le web pour se former sur le tas.
Pour moi, une vidéo ne devrait pas excéder 2 min dans un premier temps, et certainement pas plus de 3 minutes. Au-delà, l’internaute s’ennuie, à moins de posséder des séquences variées et un montage rythmé. Mais si le sujet est bien défini, 2 min devraient suffire. Quant au sujet, c’est au blogueur de voir ce qu’il a envie de raconter, de monter, d’expliquer. Il peut parler de tout ce qu’il veut, ce qui fera toujours la différence, c’est : comment il raconte.
Les cours que je donne au Cfpj s’adressent plutôt à des journalistes souhaitant se reconvertir sur le web, mais dans certains cas, des professionnels de la communication peuvent aussi s’inscrire. Le coût d’une telle formation est assez élevé mais je travaille aussi avec Mediafor pour créer un module d’e-learning consacré à la gestion d’un blog. Je vous tiendrai au courant !

Combien de temps consacres-tu aux médias sociaux ? Et à ton blog ?
Pour l’un comme pour l’autre : pas assez ! Un billet de blog me prend entre 2 et 4 heures, selon le traitement (un montage vidéo prend plus de temps qu’un texte, soyons francs). J’en fais un à trois par semaine, mais j’aimerais vraiment dégager plus de temps. Les médias sociaux, c’est difficile de chiffrer, car c’est mêlé au temps que j’y passe pour mes autres activités professionnelles ou pour mon loisir. 2h par jour, minimum.

Penses tu que la présence dans les médias sociaux (facebook, twitter…) soit indispensable à un blogueur ?
Ça dépend de son objectif. Si un blogueur souhaite être connu (c’est souvent le cas) et augmenter son trafic rapidement, Facebook et Twitter sont très utiles.
Mais le blog d’Olif, quasiment absent des réseaux sociaux, est très connu grâce à sa crédibilité et un bouche à oreille efficace.
De même, un blog très spécialisé qui s’adresse à des professionnels et non au grand public n’aura pas forcément sa place sur des réseaux généralistes comme Facebook. Une participation sur des forums ou sur d’autres blogs reconnus sera alors plus judicieuse.

Te préoccupes tu de ton référencement dans les moteurs de recherche ? Utilises tu des outils de tracking pour tes visiteurs ?
Je n’irai pas jusqu’à dire que ça me préoccupe, mais je nourris une certaine curiosité. Le site du monde.Fr fournit un très bon moteur qui permet de savoir quelle recherche ont tapé les internautes pour venir sur mon blog. C’est très important pour moi car ça me permet de cerner leurs attentes et parfois ça me donne des idées de sujets.
Sinon j’utilise Google Analytics pour connaître un peu mieux mes visiteurs (temps passé, pages visitées, origine géographique, source d’arrivée…) et une Google Alerte pour savoir qui parle de Miss GlouGlou sur le web.

Si demain un vigneron te dit qu’il souhaite ouvrir un blog, quels conseils lui donnerais tu ?
Je lui dirais de s’interroger sur le pourquoi de son blog. Faire un blog juste pour faire un blog, c’est l’échec assuré. Il faut avoir envie de dire quelque chose : parler du bio, de l’Anjou, ou simplement faire connaître son domaine. Et puis, définir le « comment » : en textes, avec des photos, de la vidéo, son quotidien, des dégustations ; combien de temps il va y consacrer.
Mais mes conseils les plus importants, c’est de faire quelque chose qui lui ressemble et d’être honnête avec les internautes. Il n’y a rien de pire qu’un blog qui ressemble à un autre ou qui fait faux. Il faut vraiment se raconter, quand la récolte s’annonce bonne ou quand ça va mal. Mettre des photos pour montrer. Un blog qui sent la pub déguisée fera fuir les internautes. Un blog qui raconte des banalités sans jamais adopter un ton personnel ennuiera.
Un blog, c’est un peu l’image qu’on donne de soi : quand c’est trop trafiqué, ça fait louche. Mieux vaut assumer qui on est et le montrer sans complexes, il existe toujours des personnes qui aimeront. C’est à celles-ci qu’il faut penser.

Merci Miss Glouglou et à bientôt 😉
A bientôt !! 😀

Pour avoir un aperçu de son travail et surtout du buzz qu’elle créé autour de son blog voici une de ses vidéos qui a été visionnée plus de 224 000 fois !

2 Comments.

Aucun commentaire pour l'instant