Quel choix de vin contre l’acide urique ?

Quel choix de vin contre l’acide urique

Toute chose est bonne à manger et à boire, cependant la prudence est de mise car abuser de tout aliment et boisson peut engendrer de diverses maladies. Lorsque nous constatons que nous avons un excès d’acide urique, nous avons tendance à suivre un régime stricte et à enlever tous les petits plaisirs. Or nous pouvons continuer à nous faire du bien tout en modérant notre apport alcoolique et alimentaire. Selon les recommandations de l’OMS – Organisation Mondiale de la Santé – boire un verre de vin par jour est accepté afin d’éloigner tout effet néfaste pour notre santé. Le lien entre la consommation de vin et l’augmentation de l’acide urique fait alors l’objet d’un débat de nos jours. Qu’est-ce que l’acide urique ? Quels sont les aliments à éviter et à favoriser ? Quel choix de vin contre l’acide urique ? Nous y répondrons.  

À RETENIR : Quel choix de vin contre l’acide urique ?

Afin d’éloigner les diverses maladies, il faut toujours consommer avec modération. Il est recommandé par l’OMS de boire un verre de vin par jour.

Le vin demeure une boisson alcoolisée qui est autorisée lorsque nous avons de l’acide urique. Décryptage.

Qu’est-ce que l’acide urique ?

L’acide urique est un déchet de l’organisme, plus précisément, il est le produit final de l’excrétion de molécules appelées les acides nucléiques et les purines. Généralement, ce sont les reins qui assurent la régulation de l’acide urique dans l’organisme et œuvrent à son élimination, cependant dans certains cas, l’organisme produit un excès d’acide urique ou ne parvient pas à en éliminer assez. Cet excès d’acide provoque la goutte, une maladie dans laquelle un dépôt de cristaux d’acide urique s’accumule dans les articulations, du fait du taux élevé d’acide urique dans le sang.

90% des cas, L’excès d’acide urique dans le sang, ou hyperuricémie, est consécutive à l’installation d’un comportement alimentaire nuisible : la “malbouffe”. Celui-ci est provoqué par une consommation trop importante de certains aliments riches en purine et peut ainsi provoquer des crises de goutte, une forme particulière d’arthrite qui touche particulièrement les hommes entre 30 et 60 ans. Les aliments riche en acide urique, à éviter, sont listés ci-dessous :

  • Le gibier et viande rouge
  • Les viandes fumées,
  • Les abats,
  • Les fruits de mer,
  • La sardine, l’anchois, le hareng, le saumon, l’anguille,
  • Les légumes secs ; lentilles et petits pois
  • Les choux,
  • Les champignons,
  • Les asperges,
  • Les épinards,
  • L’oseille,
  • La rhubarbe,
  • La figue sèche,
  • Le cacao et le chocolat.
  • Une consommation excessive d’alcool,
  • Une consommation excessive de protéines,

Quand le taux d’acide urique est trop élevé, le traitement de première intention se fait par la régulation alimentaire :

  • Régime strict

Il consiste à supprimer bière, alcools forts, fructose, charcuterie, abats et alterner viandes maigres et poissons blancs. La consommation d’alcool, et notamment de bière, n’est pas conseillée quand on souhaite diminuer son acide urique.  Assorti d’une activité physique régulière, il doit être suivi à la lettre.

  • Hydratation

il faut donc boire abondement, 2 litres d’eau par jour, afin de jouer sur l’élimination des purines.

  • La perte de poids

Perdre quelques kilos et maintenir un poids santé en évitant le surpoids et l’obésité aide à réduire et à normaliser le taux d’acide urique.  

Bon à savoir :  

Des aliments riche en purines sont à éviter ainsi que de suivre un régime stricte accompagné d’une activité physique régulière et d’une abondante hydratation aide à baisser et à normaliser le taux d’acide urique.

Point à retenir :

L’acide urique est une substance issue de la destruction de cellules mortes et de la digestion et qui est éliminé par voie urinaire. Sinon, il s’accumule et engendre une hyperuricémie.

Continuer à boire du vin

Continuer à boire du vin

Les chercheurs ont conclu que la consommation d’alcool est fortement associée à une augmentation du risque de goutte. Ce risque dépend toutefois du type de boissons consommées. Boire de la bière est plus à risque que boire des spiritueux, alors qu’une consommation modérée de vin n’augmente pas le risque de goutte.

Tournez-vous vers des vins sans alcool, c’est -à-dire, des vins qui contiennent une faible teneur en alcool – inférieur à 7%. Ce type de vin est obtenu après un procédé de désalcoolisation. Ce procédé conduit à la séparation d’une grande partie de l’alcool contenu dans le vin grâce à l’évaporation de l’alcool. Vous pouvez opter pour :

  • La Côte de Vincent,
  • L’Artigny,
  • L’Emoustillant,
  • Le Petit Béret,
  • Le Pierre Zéro
  • Regis.

En revanche, vous pouvez toujours essayer de modérer votre consommation d’alcool car rappelez-vous, tout excès est nuisible.

Bon à savoir :  

Pour limiter les risques de goutte, il est recommandé de ne pas boire plus d’un verre de vin. Fixez-vous une fréquence de consommation de vin et tenez-vous en car, une fois de plus, c’est pour votre santé.

Point à retenir :

Pour limiter le risque de goutte, privilégiez le vin à une faible teneur en alcool, inférieur à 7%.

Pour conclure, l’acide urique et la goutte peuvent se contrôler et se limiter par une alimentation saine et une consommation modérée d’alcool. Les boissons désalcoolisées semblent être une solution idéale pour ceux et celles qui veulent profiter d’un verre.

Copy link
Powered by Social Snap