Kir de cassis : quel menu pour l’accompagner ?

Consommation des aliments avec un kir de cassis

Inventée par messieurs Lagoute et Joly, en 1841, la crème de cassis est obtenue par macération des baies de cassis dans l’alcool. A l’origine, le blanc-cassis est composé de crème de cassis et de vin blanc sec. Par la suite, la maison Lejay-Lagoute a déposé la marque Le Kir, qui fera référence à une recette : un tiers de crème de cassis de Dijon avec deux tiers de bourgogne aligoté. La maison Lejay-Lagoute a également déposé la marque Kir royal composé de crème de cassis et du crémant de Bourgogne. Vous vous demandez quel menu pour accompagner un kir de cassis ? Les réponses à cette question apparemment simple sont infinies ! En fait, il n’y a pas de règles absolues pour associer mets et vins, car les possibilités d’harmonies réussies sont si nombreuses. Cependant, voici une suggestion vous invitant à la découverte et à l’expérimentation.

A RETENIR : Quel menu pour accompagner un kir de cassis ?

Le kir de cassis se marie très bien avec des apéritifs, des entrées, des plats principaux, mais aussi des fromages. A l’apéritif, il sera accompagné de gougères, de jambon persillé ou d’autres salaisons. Le kir de cassis se marie bien aussi avec les formages à base de lait de vache comme l’Epoisses, l’Ami du Chambertin ou encore le Brillat Savarin. Il sera parfait pour accompagner le Mâcon ou un Bouton de culotte.

Les amateurs doivent apprécier le kir de cassis avec quelques spécialités bourgognes. Le choix des mets à associer avec un kir de cassis est principalement une question d’histoire mais aussi d’association au goût fruité du cassis. Découvrez les types de plats généralement recommandés avec du kir de cassis.

Les meilleurs accords mets–kir de cassis

Le kir de cassis est un vin qui n’est pas à prendre à la légère dans les offres culinaires. La recette, la mode et le moment de consommation sont aussi en constante évolution. Il peut se délecter seul, mais a aussi pour fonction de sublimer les plats et relever ses ambitions gustatives. Le choix harmonieux d’un kir et d’un plat n’est pas anodin, il est d’ailleurs honoré dans les accords mets-vins. Pour le kir de cassis, vous pouvez bien évidemment le boire en dégustant quelques spécialités bourgognes telles que l’escargot de Bourgogne avec son beurre à l’ail, persil et échalote. Il s’accorde bien aussi avec la célèbre moutarde de Dijon, la volaille de Bresse ou encore la viande charolaise. Vous pouvez aussi manger du bœuf Bourguignon, de l’andouillette, du coq au vin, des gougères ou encore du poulet à la crème avec du kir de cassis. Pour les desserts, le kir de cassis peut accompagner un clafoutis aux cerises, un pain d’épices ou des poires au cassis. Et bien sûr, dans cette merveilleuse région viticole, toutes ses spécialités se marient bien aux vins.

Bon à savoir :

Le kir de cassis s’accommode à toutes les formes de restauration. Il peut être servi aussi bien avec du salé, du sucré et présenté tant à côté d’un mets étoilé que d’une planche afterwork en terrasse. Le kir se déguste bien avec du saucisson, des gougères ou encore du pain surprise.

Points-clés à retenir :

  • Le kir se déguste à l’apéritif. Originaire de Bourgogne, il s’agit d’un cocktail également connu sous le nom de Blanc-Cassis ou encore Blanc-Cass.
  • En général, les vins se marient très bien avec les mets ou les plats issus de la même région. Le kir peut donc être servi avec des spécialités bourguignonnes.

Quel vin blanc pour fabriquer le kir ?

Le Blanc-Cassis ou Blanc-Cass est un cocktail bourguignon inventé par l’ancien maire de Dijon Félix Kir. Ce dernier trouva que le vin blanc d’Aligoté était trop acide et demanda l’ajout de crème de cassis pour adoucir la boisson. En général, la préparation d’un Blanc-Cass est composée d’un vin blanc avec 1/5 de crème. Originaire de Bourgogne, le Bourgogne Aligoté s’est imposé naturellement pour la préparation de ce cocktail. Avec sa bonne dose d’acidité, ce vin blanc se mélange bien au sucré de la crème de cassis.  Ce vin blanc, d’appellation d’origine contrôlée, a la particularité d’être élaboré avec des cépages Aligotés, contrairement au reste de la production réalisé en Bourgogne. Cependant, la recette d’origine du blanc-cassis a changé. Autrefois, on mélangeait 1/3 de crème de cassis et 2/3 de Bourgogne aligoté. Aujourd’hui, les sommeliers conseillent plutôt 1/5 de crème et 4/5 de Bourgogne aligoté.

Bon à savoir :

Pour préparer un kir de cassis, versez d’abord la crème dans le fond du verre, puis le vin. Le mélange se fera naturellement sans qu’il soit nécessaire d’agiter. Les proportions peuvent être modifiées à souhait en fonction de vos préférences personnelles. Lorsque le kir est élaboré à partir du vin rouge, il prend alors le nom de « Communard » si on se trouve en Bourgogne ou dans le Beaujolais, et de « Cardinal » si on est dans le Bordelais. Quant au kir royal, il se prépare avec du champagne.

Points-clés à retenir :

  • Pour la fabrication du kir, la tradition exige du vin blanc de Bourgogne aligoté.
  • À l’origine, le cocktail de kir se prépare avec 1/3 de crème de cassis (à 20°) et 2/3 de vin blanc de Bourgogne aligoté. Aujourd’hui, les proportions sont plutôt de l’ordre de 1/5 pour la crème de cassis et 4/5 pour le vin blanc sec.

Les variants du blanc-cassis

Traditionnellement, le kir est une boisson composée d’un tiers de crème de cassis (liqueur légère à 20°) pour deux tiers de Bourgogne aligoté. La recette peut varier et le dosage entre la crème de cassis et le vin également. Aujourd’hui, on peut diversifier la recette et remplacer le Bourgogne aligoté par d’autres vins blancs secs. En fait, la crème de cassis est un alcool fort et sucré qui ressemble à un sirop qui nécessite d’être nuancé dans un cocktail. L’acidité et la vivacité d’un blanc sec peuvent justement casser cette curiosité. On pourra bien évidemment remplacer le Bourgogne aligoté par d’autres vins blancs secs ayant des tonalités plutôt acides pour casser le côté sucré de la liqueur. Un Muscadet ou un vin de Savoie comme l’Apremont et la Roussette feront bien l’affaire. Selon la région, la liqueur de cassis peut aussi être remplacée par une autre liqueur telle que la framboise, la châtaigne, la mûre ou encore la pêche. Lorsque l’apéritif est fait à base de crémant de Bourgogne, on parle alors de kir royal. En revanche, le kir impérial est lui composé de liqueur de framboise ou de mûre, de champagne, et parfois d’une larme de marc de Champagne ou de Bourgogne.

Bon à savoir :

Si vous voulez préparer un kir médocain, vous pouvez en effet utiliser du rosé à la place d’un blanc sec. Dans la préparation d’un kir, évitez les vins blancs aromatiques et très fruités comme les sauvignons blancs, car ils pourront masquer la crème de cassis. Il vaut mieux choisir un autre vin blanc sec plutôt acide. Si vous voulez utiliser du vin rouge, optez plutôt pour un vin rouge léger. Toutefois, évitez de prendre un vin rouge trop jeune ou trop fruité, car il pourra masquer la crème de cassis.

Points-clés à retenir :

  • Le Kir Royal est un mélange de crémant de Bourgogne et de la crème de cassis.
  • On trouve aussi comme variante le vin rouge avec du cassis.

Que retenir ?

Le Blanc-Cassis ou Blanc-Cass, communément appelé Kir, est un cocktail bourguignon inventé par un ancien maire de Dijon, Felix Kir. Ainsi, le kir est un cocktail traditionnel bourguignon qui est composé depuis sa création d’un assemblage de crème de cassis à 20° et de vin de Bourgogne Aligoté. Bien que le terme soit une marque déposée, il s’est répandu dans le monde entier sous de nombreuses variantes, en conservant le mot “kir”. En effet, au fil du temps, la préparation du kir a connu de nombreuses variantes dues soit à la variation des proportions à utiliser dans la recette traditionnelle, soit au remplacement de l’un ou l’autre des ingrédients d’origine.

Copy link
Powered by Social Snap