Le vin cuit apéritif

Le vin cuit apéritif

Vin artisanal doux et léger, obtenu par concentration du moût de raisin, chauffé dans un chaudron en cuivre et additionné d’épices, le vin cuit est une spécialité de la Provence et tire des traces dans des coutumes ancestrales. Qualifiée d’« apéritif par excellence », c’est un véritable moment d’allégresse que de le partager entre famille ou amis lors d’un évènement familial, qu’il s’agisse des prémices d’un repas ou d’un apéritif dînatoire,  ou tout simplement lors d’une soirée tranquille solitaire. Il va sans dire que les cocktails et bières ont du succès mais le vin cuit pour l’apéritif connaît une popularité croissante puisqu’ il est possible de l’utiliser en tant qu’ accompagnement des mets qui vous tiennent à cœur.

Pour tout savoir sur cette tradition provençale, découvrez cet article intéressant qui lui est dédié.

Comment faire du vin cuit ?

Concernant sa fabrication, voici les étapes à suivre :

  • presser la principale matière première, à savoir le raisin pour obtenir le moût (jus de raisin)
  • faire chauffer le jus obtenu à flamme vive, le plus souvent dans un grand chaudron de cuivre au fond de la cave, pour que l’eau s’évapore et le sucre et les arômes se concentrent
  • laisser la place à la fermentation alcoolique jusqu’à atteindre environ les 15 degrés ainsi qu’à l’élevage en barrique durant de nombreux mois
  • mettre en bouteille le vin

Le vin cuit arrive ensuite sur nos tables pour être dégusté et accompagné de nos plats. Découvrons comment l’apprécier.

Bon à savoir :

  • Il faut assurer que le moût n’est pas mené à ébullition. Cette étape qui est la cuisson avant fermentation est l’élément crucial dans le développement de ce vin.
  • Une écume considérable se forme à la surface de la cuve ; mais elle est constamment enlevée car elle apporte de l’amertume au vin cuit.
  • La fermentation est longue et naturelle.
  • Le cuivre est un matériau idéal pour une cuisson homogène.
  • L’entretien du feu et la longue cuisson demandent une attention particulière.

Comment apprécier le vin cuit ?

A dire vrai, vous pourrez associer le vin cuit avec différents mets. C’est donc à vous de faire des essais et d’user de votre imagination et créativité pour trouver l’accord qui ira avec. Ici nous vous donnons quelques idées que vous pourriez aimer.

Grâce à sa teneur en sucre, le vin cuit est aussi appelé un vin dessert. Il est conseillé de le consommer frais, soit autour des dix degrés. D’une part, fruits rouges et chocolats se marieront parfaitement avec ce vin ; d’autre part, vous pouvez aussi l’utiliser en entrée avec du foie gras. En outre le vin cuit est parfois utilisé pour le déglaçage de certaines viandes.

En apéritif, dégusté idéalement à 10-12 °C ou avec les desserts, tout particulièrement les tartes, il fait aussi un beau mariage avec un melon et des fromages, notamment les fromages à pâte persillée.

Quelques exemples de vin cuit

Cette liste qui est une liste non exhaustive vous serait certainement utile pour vos prochaines dégustations :

  • Le Château Saint Martin
  • Château Virant
  • Clos d’Albizzi
  • Domaine de Camaîssette
  • Domaine Les Bastides
  • Le Mas de Cadenet

Trouvez donc votre favori dans la liste ou ajoutez s’il n’est pas dedans car il en existe bien d’autres.

Quelles différences y a-t-il entre vins cuits et vins de liqueur ?

Le vin cuit et le vin de liqueur sont tous les deux des boissons alcoolisées sucrées qui sont très prônées par les « wine lovers ». Cependant, ils diffèrent en termes de fabrication ; en effet, contrairement au vin cuit qui a besoin de chaudron et de flamme, le vin de liqueur est obtenu par mutage du moût de raisin frais et d’alcool éthylique pour obtenir un assemblage titrant entre 15 et 22 degrés. Il est élaboré à l’aide de moûts à peine fermentés mutés à l’eau-de-vie comme le cognac ou l’armagnac à titre d’exemples. Aussi appelé « mistelle de raisin », le vin de liqueur est donc un vin muté, non cuit.

Pour apprécier ce vin à sa juste valeur, prenez votre joli verre à vin et choisissez entre :

  • le consommer jeune – mélange d’un fruité puissant au goût de l’eau-de-vie
  • le consommer plus âgé – nuances de fruits secs
  • le blanc à déguster à une température de 6 à 7°C
  • le rosé à déguster à une même température que le blanc
  • le rouge à déguster à une température de 14 à 16°C

Parmi les meilleurs VDL (Vin de liqueur), nous en citerons quelques-uns :

  • le Pineau des Charentes
  • le Floc de Gascogne
  • le Pommeau
  • le Macvin du Jura
  • le Madère
  • le Xeres
  • le Porto.

À noter :

  • Les recettes, le mode et la durée du vieillissement sont propres à chaque vin de liqueur.
  • La mistelle est le résultat du mutage d’un moût de raisin riche en sucre pour augmenter son degré alcoolique.

Quand on dit apéritif, ou familièrement un apéro, le choix est large puisqu’il s’agit simplement de boisson, quelle qu’elle soit, que l’on sert avant le repas dans certaines cultures afin d’ouvrir l’appétit. Rhum, vin, bière, jus d’orange, de sanguine ou de pamplemousse, smoothie ou autres, chacun son choix pour trinquer avec des amis ou en famille. Si vous êtes dans un restaurant chic, la carte du bar est riche en boissons apéritives.

Toutefois, plus de 50 % des consommateurs préfèrent le vin en apéritif. Beaucoup l’aiment fruité, doux et léger car il doit procurer de la fraîcheur dit-on. Même si les vins blancs et rosés ont toujours dominé le marché de l’apéritif, on observe une forte croissance des vins cuits et aromatisés aux fruits représentant un pourcentage considérable sur le marché. Mais après tout, c’est à vous de juger si l’ « apéritif par excellence » est le vin idéal pour un apéritif sur le pouce.