Le Beaujolais Nouveau

Beaujolais-nouveau

Tout d’abord, rappelons que le Beaujolais est une région viticole française située au sud du département du Rhône, essentiellement autour de la ville de Villefranche-sur-Saône jusqu’au nord de Lyon. Elle fait partie des 16 grands vignobles de France à savoir l’Alsace, le Bordeaux, le Beaujolais, la Bourgogne, le Bugey, la Champagne, la Corse, le Jura, le Languedoc, la Lorraine, la Loire, la Provence, le Roussillon, le Rhône, le Savoie et le Sud-Ouest. Toutefois, les vignerons du Beaujolais affirment fièrement que le genre de conditions climatiques de la région qui permet la production de vin primeur d’exception comme le Beaujolais Nouveau n’existe nulle part ailleurs. Est-ce que vous êtes du même avis ? Pensez-vous que le Beaujolais Nouveau est un vin primeur d’exception ? Découvrez l’essentiel de ce fameux vin gourmand et son histoire ici.

À RETENIR :

Le climat est certainement un des facteurs les plus importants dans la vinification car il favorise la croissance de la vigne et donc la qualité du vin. Le climat du vignoble du Beaujolais est de type semi-continental, c’est-à-dire que l’ensoleillement est moyen et que les hivers sont froids et secs.

Qu’est-ce que le Beaujolais Nouveau ?

Le Beaujolais Nouveau est donc un vin primeur – un vin jeune destiné à être consommé dans les mois suivant la récolte – qui est bien sûr produit dans l’aire d’appellation des beaujolais et beaujolais-villages, située dans le nord du Rhône et le sud de la Saône-et-Loire. Le Beaujolais Nouveau est fabriqué à partir d’un cépage qui s’appelle le « gamay ». Ce dernier est d’ailleurs le seul cépage rouge autorisé dans la région. C’est un raisin noir à jus blanc, avec une très fine peau, qui permet d’avoir des vins très croquants que l’on peut consommer jeune. Ainsi, il n’y a pas de période de vieillissement dans le chai contrairement aux vins de garde. À titre d’information, un vin de garde se conserve plusieurs années en cave en se bonifiant ; de nouveaux arômes se développent et le vin est à son apogée lorsqu’il a atteint l’âge idéal. Cet âge idéal est bien sûr propre à chaque vin, selon ses caractéristiques.

Parmi 30 000 hectares de cépage de gamay dans le monde, les 20 000 hectares se trouvent en Beaujolais. En effet, c’est un cépage qui n’est pas du tout adapté à un climat chaud. Par contre, le sol acide et granitique du Beaujolais fait de la région une bonne région viticole.

Chaque année, environ 50 % de la production sur les 30 millions de bouteilles commercialisées reste en France, l’autre partie est exportée dans le monde entier.

Comment le Beaujolais Nouveau est-il fabriqué ? Quelles sont ses caractéristiques ?

Sa fabrication se fait par macération carbonique, aussi appelée macération beaujolaise. C’est une technique de vinification qui permet d’une part une auto-fermentation du raisin, c’est-à-dire sans ajouts de levures ; et d’autre part d’extraire beaucoup d’arômes donc de donner un vin peu chargé en alcool (ne dépassant pas les 12 degrés) avec des parfums à dominante fruitée comme la framboise, la fraise des bois, la mûre ou encore la cerise noire.

Bon à savoir :

  • Vignerons méticuleux, les baies abîmées sont éliminées dès la cueillette.
  • Dans le but de donner de beaux arômes fruités au vin, les grains de raisin ne sont pas séparés de la rafle (tige de la grappe).
  • En Beaujolais, les vignerons laissent la cuve ouverte une fois remplie, la fermentation s’opère naturellement, sans ajout de gaz carbonique.
  • La macération des grappes entières s’effectue par la méthode carbonique, en quatre jours, ce qui procure au vin des arômes de fruits frais et une faible présence de tanins.

Quelle est son histoire ?

« Le Beaujolais Nouveau est arrivé ! », c’est une phrase née en novembre 1951 mais qu’on entend toujours aujourd’hui. En effet, c’était l’année où le décret officiel sur l’appellation du Beaujolais Nouveau a été mise en place et on le célèbre tous les ans, plus précisément le troisième jeudi du mois de novembre.

1951 est et reste une année mémorable pour la région Beaujolaise ; une belle aventure a commencé pour le Beaujolais Nouveau. Avant cette année, les vignerons ont été interdit de commercialiser leurs vins avant le 15 décembre mais ensuite l’Union viticole du Beaujolais demande la possibilité de vendre ses vins « en primeur », c’est-à-dire avant cette date. L’autorisation a été accordée et les vignerons du Beaujolais pouvaient commercialiser leurs vins dès le mois de novembre à une seule condition qui est de mentionner le mot « nouveau » sur l’étiquette des bouteilles.

Le Beaujolais Nouveau reflète une image festive et conviviale. En outre, son prix est non seulement à la portée de toutes les bourses mais c’est aussi un vin gouleyant qui s’accorde avec multitudes de mets tels que la charcuterie, le gratton, le fromage et beaucoup d’autres.

Ce fut donc un vin de comptoir, comme certains le disent, devenu un vin de renommée internationale notamment depuis l’année 1960 où il se fait véritablement connaître. Le Beaujolais Nouveau est disponible dans de nombreuses villes françaises, où les établissements organisent des soirées spéciales lors desquelles le fameux vin est dégusté avec ou sans modération. Certains attendent le mercredi à 00h00 avant d’exposer l’affiche « Le Beaujolais Nouveau est arrivé ! ».

Cette année (2022), la date d’arrivée du Beaujolais Nouveau est le jeudi 17 novembre.

La transformation du raisin en vin, c’est tout un art ! c’est une science également car le processus est complexe et exige du savoir-faire. Travailler dans un vignoble n’est pas de tout repos. Malgré les grands principes ou les étapes essentielles de la vinification (l’égrappage, le pressurage, la macération et la fermentation), chaque vigneron fignole sa technique. En effet, l’enchaînement de ces étapes diffère selon le type de vin à élaborer, le cépage utilisé conditionne également le type de vin obtenu sans oublier les différentes techniques de macération.

Le Beaujolais Nouveau a ses propres caractéristiques qui sont appréciées par les amateurs de vins, les passionnés, les curieux, les impatients … Si vous n’en avez pas encore goûté, allez-y, épatez vos papilles !!!